Réforme du Baccalauréat. Solidarité avec les enseignants honteusement menacés de sanctions par le rectorat

Add a subheading

A mesure que les jours passent, les problèmes pressentis par les enseignants se révèlent malheureusement exacts: problèmes d’organisation, lourdeur de la procédure, inégalités de conditions de passage et de traitement entre établissements et donc entre élèves. Les problèmes matériels ne cessent de s’accumuler, de l’ouverture tardive de la banque nationale de sujets aux difficultés posées par la correction dématérialisée. Les sujets proposés par la BNS ne correspondent pas dans de nombreux cas aux savoirs travaillés avec les élèves, les grilles d’évaluation apparaissent comme complexes et dénuées de sens par rapport aux exigences requises, l’absence de temps spécifique de concertation et de correction obère la possibilité du travail collectif. Du coup, sur le terrain, les enseignants ont commencé à refuser de participer aux épreuves de contrôle continu du bac en 1ère. Ils restent mobilisés contre cette réforme absurde !

Le PCF82 tient à apporter tout son soutien aux lycéen.ne.s, aux professeur.e.s et aux syndicats qui se sont mobilisés le 22 janvier dernier contre les incohérences de la réforme du baccalauréat.

Le PCF82 tient également à dénoncer les menaces de sanctions inacceptable proférées par le recteur de l’Académie de Toulouse à l’égard des enseignants du lycée Bourdelle engagés dans l’action depuis plusieurs semaines. Le service public d’éducation est en danger et le gouvernement persiste dans la casse de ce dernier, entraînant la mise en concurrence des établissements et la mise en péril d’une éducation de proximité.